Récits, poésies et chantsRetour au calendrierRetour au calendrier

La veillée

Avec Estelle Meyer
Samedi 12 Novembre à 19h Durée : 1h Tarif unique : 5 € Dès 14 ans La Lumineuse / Houdan

Concert sensoriel, poétique et chamanique

Estelle Meyer vous invite à partager un instant comme un cocon, au chaud, en cercle, comme autrefois, où à la nuit tombée un petit groupe d’individus se retrouvait autour d’un feu, les flammes dansant sur les visages, pour échanger des contes, des chants, des histoires.

Surprenante artiste polymorphe, Estelle Meyer est à la fois comédienne, chanteuse incandescente, poétesse, et prêtresse solaire. Son univers magique, poétique et délicat passe du chamanisme lyrique à la dramaturgie shakespearienne.

Pour cette veillée à La Lumineuse (lieu de rencontre et de création à Houdan), venez partager avec Estelle Meyer un voyage mêlant chansons a cappella, nouvelles, poèmes, bourdon chantant avec tous les présents, percussions sur le cœur, les cuisses, le ventre, et tambour ancien.


--------

Avec Estelle Meyer
Cette veillée est proposée en prémices du spectacle « Rencontre avec une illuminée », à découvrir sam. 19 nov. à La Barbacane.

Une production La Familia en accord avec Phénomènes. Co-production : Le Théâtre des Pénitents, scène régionale de Montbrison et les Plateaux Sauvages. Avec l’aide de la Région Ile de France, de la Ville de Paris, de la SPEDIDAM, du FCM et du CNM. Spectacle aidé par le fonds à la diffusion chanson du Festi’Val de Marne. Le livre-disque dont sont issus les textes et les chansons est édité chez les éditions Riveneuve Archimbaud. Crédit photo : Emmanuelle Jacobson-Roques.

--------

Estelle Meyer
En pleine trentaine, Estelle Meyer est une artiste interprète polymorphe.
Au théâtre elle est la princesse Europe dans les mises en scène du Birgit Ensemble dans le in du Festival d’Avignon ; la reine des fées pour Guillaume Vincent au théâtre de l’Odéon ; Volumnia, mère dévorante cheffe de guerre, dans Coriolan mis en scène par François Orsoni au Théâtre de la Bastille. On la retrouve aussi aux côtés de Camélia Jordana et Zita Hanrot dans Andando, ode éclatante à Lorca, spectacle musical mise en scène par Daniel San Pedro aux Bouffes du Nord.
A la télé, elle est la pharaonne Hatschepsout pour Arte ; Alex, une ardente jeune femme almodovarienne dans la saison 4 de la série 10% sur France 2.
Au cinéma, Jessica, une samouraï libre dans Rêves de jeunesse d’Alain Raoust (ouverture de l’ACID au Festival de Cannes).
Elle est la voix de Amy Winehouse pour Benjamin Abitan sur France Culture.
A l’opéra elle incarne le puissant Dracula dans Dracula de l’Orchestre National de Jazz. Au milieu de tous ces visages, ces personnages et ces époques traversées, sa langue émerge, s’invente, scintille. Une poésie puissante et singulière. Elle chante, libre et autre. Entourée de Grégoire Letouvet, pianiste, et de Pierre Demange, batteur, elle nous emmène aux portes de la transe.
Profondément ancrée en elle depuis toujours, la chanson est l’autre langage de prédilection d’Estelle Meyer. Sans s’inscrire dans aucun courant, loin de toute filiation ou « école », l’auteure-compositrice-interprète explore dans le mariage organique des mots, de la musique et du chant une esthétique et une vision de l’humanité qui n’appartiennent qu’à elle ; à la fois inventrice et géomètre de ses propres territoires poétiques et musicaux. Baroques, sur le fil, percussives et toujours signifiantes, ses chansons ne se réfèrent en effet à rien de déjà entendu ; ni de déjà vu, car la chanson selon Estelle Meyer est également visuelle et, avant tout, le moyen de faire vivre une expérience inédite au public – la comédienne émérite rejoignant alors la chanteuse affranchie et singulière qu’elle a choisi d’être.

J’achète ma place

Vidéo

Extrait de "sous ma robe, mon cœur"